Les écrans n’aident pas au développement du langage chez les enfants : jouer pour mieux parler

Parce que les écrans (télé, tablettes…) n’aide pas au développement du langage chez les enfants, une association de professionnels met en ligne des idées de jeu.

Jouer pour mieux parler « Une heure de télévision par jour pour un enfant de 3 ans, c’est énorme », insiste Élodie Pascual, orthophoniste. ©

photo xavier léoty

Un article du journal Sudouest du 27 avril 2015.

jennifer delrieux larochelle@sudouest.fr

Elodie Pascual est formelle : pas d’écrans avant l’âge de 3 ans. Et ce, même si la télévision ou la tablette peuvent représenter une solution de facilité pour des parents en manque de temps libre. « 20 % de mes patients viennent me consulter pour des troubles, comme la dyslexie, qui ne sont pas pathologiques mais liés à une surconsommation d’écrans. »

L’orthophoniste basée à Esnandes et présidente de l’association charentaise-maritime Orthophonie et Prévention 17 (OP17) a donc eu l’idée, avec les autres professionnels de l’association, de mettre en ligne un fascicule « À quoi on joue ? » sur son site Internet (1). À l’intérieur des propositions d’activités pour les 0 à 5 ans. Objectif : aider l’enfant à développer son langage. Et, surtout, éviter les écrans en tout genre. Même après 3 ans, il convient de limiter leur usage.

Le réel avant le virtuel

C’est d’abord en tant que jeune maman de deux enfants de 3 ans et 1 an et demi, qu’Élodie Pascual s’est alarmée. « Certaines chaînes de télévision proposent d’apprendre aux enfants à parler. Il existe même un modèle de siège bébé avec un support pour mettre une tablette. Et sont proposés à la vente des tablettes tactiles conçues pour les tout-petits. »

Une aberration pour l’orthophoniste d’autant plus que la consommation des écrans s’est intensifiée ces quinze dernières années, entre la télévision du salon, voire de la chambre, la tablette et le téléphone portable de maman sur lequel on laisse jouer le petit. Car le jeu est essentiel au développement de l’enfant. « Nous ne sommes pas anti-télévision mais la manipulation d’objets est importante. Beaucoup d’enfants souffrent de troubles logico-mathématiques car ils ne jouent plus avec des cubes, n’ont plus la notion du vide et du plein, du dessus-dessous. Les enfants ont besoin de passer par le réel avant le virtuel. »

Pour l’orthophoniste, il est surtout important de stimuler le tout-petit. « Les jeux de société de type Memory, ou le jeu du “coucou caché” sont un bon investissement sur leur avenir intellectuel », sourit l’orthophoniste.

Vive l’ennui

Et même si les journées des parents sont déjà très longues, et que « les échanges ne durent pas longtemps, il est important de privilégier ces précieux instants » en étant complètement disponible pour l’enfant et en profitant de chaque moment ensemble, rappelle le fascicule.

Celui-ci insiste aussi sur l’importance de ne pas laisser une télévision allumée dans la pièce où vit l’enfant car « cela baisse sa concentration et son attention de 30 %. Il jouera moins longtemps à son jeu. La télévision [ralentit] son développement ». Au contraire, il est préférable de laisser l’enfant s’ennuyer. Il développera davantage sa créativité. « Devant un écran, il est passif, comme hypnotisé. »

Car les conséquences sont loin d’être anodines. « Beaucoup de nos jeunes patients souffrent de troubles de l’attention, ne se posent pas, ne parviennent plus à se concentrer sur une seule tâche. » La balle est dans le camp des parents.

(1) http://op17.fr

http://op17.fr/projet-a-quoi-on-joue/

WordPress Themes

WP Like Button Plugin by Free WordPress Templates

Switch to our mobile site