Catégorie : Presse

En Vie d’Ecole dans le journal : un autre article

En page 2 de l’Angérien libre du vendredi 5 juillet, un autre article (bien rédigé et intéressant) sur les écoles alternatives en général et la future école qui s’ouvre à la rentrée en particulier.

(comme je ne suis pas sûre que l’article reste en ligne bien longtemps, je vous mets ci-après quelques captures d’écran moches que j’ai pu faire – cliquer sur les images pour les grossir) :

LIEN VERS LE JOURNAL :

http://langerienlibre.blogspot.fr/2013/07/lisez-langerien-libre-du-5-juillet.html

Atelier découverte d’art floral et de peintures végétales- REPORTÉ À SEPTEMBRE

REPORTÉ À SEPTEMBRE

Bouts de ficelle à la télé :
L’émission « midi en france » de Nathalie Simon souhaite faire découvrir Bouts de ficelle ! (a priori, ils nous ont repéré grâce à notre site !!) et viendra faire un tournage lors de l’atelier parents/ enfants autour de la découverte de l’art floral : venez nombreux !

Atelier découverte d’art floral et de peintures végétales

filmé par France 3                               mercredi 3 juillet    10h00 – 12h00

Valérie, notre pro des ateliers d’Art floral à Bouts de ficelle, nous concocte un instant de partage entre parents et enfants autour de la fleur !

Créativité, réveil des sens, poésie, partages… voici les ingrédients de cet atelier.

Et toujours dans le désir d’être au plus près de la nature, nous nous amuserons à réaliser notre propre peinture végétale…

Nous fournissons les fleurs… à moins que vous en trouviez dans votre jardin ! Nous irons aussi récolter des végétaux de toutes sortes dans les champs !

Prévoyez d’amener 3 petits pots de confiture (vides !), une petite passoire (par ex. à thé en métal si vous avez), tenues qui ne craignent pas les taches ou tabliers (au cas où), petit carton ou cagette pour caler vos pots fleuris pour le transport, des feuillages, des brindilles de bois, des écorces… si le cœur vous en dit.

Nous finirons notre atelier autour d’un verre, pour nous souhaiter un bel été !

Lors de cet atelier-découverte, un journaliste de France 3 de l’émission « midi en France », nous filmera afin de faire connaitre notre association (une autorisation écrite sera envoyée aux parents des enfants participants).

Cet atelier se passera dans le merveilleux cadre du jardin pédagogique de la ferme du Mont d’or, Lieu-dit le Mont d’or, au Thou. (un grand merci à toute l’équipe de la ferme du Mont d’or de nous accueillir!)
Cet atelier gratuit est ouvert aux familles adhérentes de Bouts de ficelle, et est limitée à 12 enfants.

Inscription obligatoire sur le lien suivant : http://www.doodle.com/9ffwn68s5tuz9sp5

« Grandir Autrement » bientôt en kiosque ?

Bonjour,

Le magazine Grandir Autrement va fêter ses 7 ans en septembre.
Pour fêter cet anniversaire, nous avons un projet : voir Grandir Autrement dans les kiosques.
Nous avons besoin d’aide pour mener à bien ce projet.
Nous lançons aujourd’hui un appel à financement participatif via le site Ulule afin de récolter les fonds nécessaires pour lancer la vente du magazine en kiosque sans prendre de risque financier pour l’association et pouvoir en financer la poursuite.
Si, comme nous, vous souhaitez voir le magazine diffusé plus largement, venez nous aider et diffusez cet appel autour de vous ! :)

C’est ici que ça se passe :

http://fr.ulule.com/kiosque

Merci et belle journée à tous !

Sophie Elusse
Rédactrice en chef
Grandir Autrement
http://www.grandirautrement.com

Grandir Autrement, c’est quoi?

Grandir Autrement est un magazine bimestriel de 64 pages édité depuis 2006 par l’association Grandir Autrement.
Magazine parental alternatif, Grandir Autrement aborde le maternage et l’éducation non-violente,
mais aussi l’écocitoyenneté, l’alimentation saine, les activités en famille, les pédagogies alternatives…

Tous les 2 mois, le magazine Grandir Autrement propose des rubriques régulières autour de la naissance, l’allaitement, l’éducation respectueuse, des idées de lectures et d’activités, et dans chaque numéro un grand dossier. [...]

Pourquoi les enfants sont pénibles : la vérité de la science

Pourquoi les enfants sont pénibles : la vérité de la science
par Melinda Wenner Moyer,
le 16 mars 2013

En janvier, j’ai découvert [...] le billet du blog de l’humoriste Jason Good «46 Reasons My Three Year Old Might Be Freaking Out» * [46 bonnes raisons pour expliquer la crise de colère de mon fils de 3 ans]. (Les trois premières possibilités: sa chaussette est mal mise. Il a un goût salé sur les lèvres. Il y a une étiquette sur son t-shirt). [...].

Mais qu’est-ce qu’ils ont ces morveux à exploser comme ça tout le temps? C’est normal que mon fils se mette à brailler dès que sa manche n’est pas déroulée jusqu’au poignet, qu’il adore le bain un jour et le déteste le lendemain, et se mette à hurler «À MOI!!!» deux secondes après avoir donné la balle au chien ?

Oui, heureusement. Et ce n’est pas seulement normal, c’est aussi sensé. Comme me l’ont récemment expliqué cinq experts en psychologie enfantine, les comportements irrationnels des tout-petits sont un reflet totalement compréhensible de leur trouble intérieur et de leurs frustrations.

En résumé, leur monde est en plein bouleversement et ils n’ont pas encore les capacités nécessaires pour y faire face. Ses caprices ne signifient pas que votre gosse est pourri-gâté ou qu’il faut l’envoyer chez le psy ; ils sont un signe de sa normalité.

[...]

L’analogie de l’homme des cavernes aide à expliquer un autre problème affligeant les tout-petits, ajoute Karp : ils manquent cruellement de stimulation. Les petits hommes des cavernes (et là je parle des vrais) avaient un emploi du temps bien différent des enfants d’aujourd’hui.

«C’était un environnement très riche d’un point de vue sensoriel: les odeurs, l’air frais, les ombres, les oiseaux, l’herbe sous les pieds. Aujourd’hui, nous mettons les petits dans des maisons et des appartements avec des sols plats, des murs plats, des plafonds, et un nombre de poules très limité, et nous trouvons ça normal, explique Karp. C’est difficile de passer toute une journée avec un enfant de 2 ans, et d’ailleurs il n’a pas forcément envie de la passer avec vous non plus

Sachant tout cela, peut-on vraiment s’étonner que les caprices soient aussi courants? Pour les parents, il y a sûrement de bonnes et de mauvaises façons d’aborder une attitude laissant à désirer (autre sujet d’article), mais l’existence des crises de colère, et la tendance de nos petits anges à gérer leurs déboires en hurlant, en tapant et en jetant tout ce qu’ils ont sous la main est parfaitement normale car c’est parfois «l’unique recours du tout-petit», expose Tovah Klein, directeur du Barnard College Center for Toddler Development.

Si votre univers était incroyable, terrifiant, frustrant et imprévisible à la fois, que vos capacités de communication étaient médiocres, votre expérience inexistante et votre lobe frontal sous-développé, vous aussi, de temps en temps, vous péteriez un plomb.

Le texte entier sur : http://m.slate.fr/story/68995/enfants-penibles-pourquoi-science

* Pour que nous aussi nous puissions nous amuser de ces 46 bonnes raisons, j’ai demandé à mon traducteur personnel de nous traduire cette liste. Voici :

46 raisons pour lesquelles mon enfant de 3 ans pourrait piquer une crise
(Certaines sont complètement au pif. J’ai de l’intuition, mais c’est quand même au pif. On dirait que c’est dur d’être petit.)

  • Sa chaussette est mal mise.
  • Sa lèvre a un goût salé.
  • Son T-shirt a une étiquette.
  • Le siège de la voiture est bizarre.
  • Il a faim mais il ne se rappelle pas du mot « faim ».
  • Quelqu’un lui a touché le genou.
  • Il n’a pas le droit d’aller dans le four.
  • Je lui ai choisi le mauvais pantalon.
  • Son frère l’a regardé.
  • Son frère ne l’a pas regardé.
  • Ses cheveux sont lourds.
  • On ne comprend pas ce qu’il dit.
  • Il ne veut pas sortir de la voiture.
  • Il veut sortir de la voiture tout seul.
  • L’iPad a un mot de passe.
  • Sa manche lui touche le pouce.
  • Il ne comprend pas comment on fabrique les glaces à l’eau.
  • L’intérieur de son nez sent mauvais.
  • Le poulet, c’est dégueu.
  • Un ballon qu’il a eu il y a six mois a disparu.
  • Une pièce de puzzle ne veut pas rentrer à l’envers.
  • Je lui ai donné le mauvais pastel bleu.
  • Ses bonbons vitaminés sont trop durs.
  • Les films en streaming chargent trop lentement.
  • Il a sauté du canapé alors qu’on ne regardait pas.
  • Il n’a pas le droit de toucher le feu.
  • Tout va de travers avec son manteau.
  • Il y a un chien à moins de 100 km.
  • Une chaussure devrait aller à n’importe quel pied.
  • Je lui ai posé une question.
  • Son frère parle.
  • Il n’arrive pas à soulever une citrouille.
  • Il ne peut pas avoir mes clés.
  • Le chat est dans son passage.
  • Le chat ne le laisse pas lui toucher les yeux.
  • L’intérieur de sa joue est trop rugueux.
  • La nourriture ne cuit pas assez vite.
  • Il a trop de nourriture dans la bouche.
  • Il a éternué.
  • Il ne sait pas taper au clavier.
  • L’aspirateur va venir le manger.
  • Sa mère prend une douche.
  • Quelqu’un a renversé sa tour.
  • Il s’est mis du sucre en poudre sur le pantalon.
  • Le yaourt ne veut pas rester dans sa cuillère.
  • TOUT EST TROP CHAUD.

Les enfants et les écrans : et si ce n’était pas aussi mauvais qu’on l’a cru ?

« Ce ne sont pas les écrans qui sont négatifs, c’est le fait d’être laissé seul devant »

L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques.
http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/02/01/enfants-et-ecrans-psychologie-et-cognition/

http://www.academie-sciences.fr/activite/rapport/avis0113.pdf

Article paru dans SudOuest du 27 avril : Les écrans sont-ils si dangereux pour nos enfants ?

http://www.sudouest.fr/2013/04/27/les-ecrans-sont-ils-si-dangeureux-un-usage-different-de-6-a-12-ans-1037500-2937.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20130427-[zone_info]

(NB : Pendant que je finalise cet article, ma fille de 5 ans est devant un écran, en train de regarder Peppa Pig et Le petit royaume de Ben et Holly…)

Je voudrais partager ici mon expérience de parent sur ce sujet. Histoire de témoigner que rien n’est simple, et qu’on a beau essayer de faire attention, il est facile de se laisser emporter sur la pente des écrans. Peut-être qu’on ne peut pas aller contre les nouvelles tendances…

Mes aînés de 22 et 20 ans ont eu, dès leur naissance, accès à des ordinateurs (ce qui n’était pas encore très courant au début des années 90). Ils ont découvert leur utilisation en étant sur mes genoux pendant que je faisais quelques jeux (je veillais à faire des jeux neutres de type casse-brique et non angoissants, ainsi ils n’ont pas fait de cauchemars). Ils ont aussi regardé la télévision, surtout des cassettes vidéo choisies par nos soins. Ou bien quelques émissions pour enfants. Le dimanche matin, on regardait en famille « C’est pas sorcier« . La Game boy n’a fait son entrée à la maison que très progressivement, j’étais un peu inquiète et craignais l’addiction dont on nous parlait tant. Les parents lâches que nous sommes ont fini par les laisser l’utiliser, surtout après avoir constaté que les longs voyages en voiture étaient devenus beaucoup plus paisibles…
A l’époque, il y avait un principe strict et bien appliqué : pas d’écran après le dîner pour les enfants (pour qu’il leur soit plus facile de s’endormir). Avec ma numéro 3, j’ai plus de mal à m’y tenir…
L’ordinateur était volontairement dans le salon, ainsi ils n’ont jamais été laissés seuls avec un ordi dans leur chambre avant l’âge de 14 ou 15 ans. A 15 ans, mon fils a commencé à faire des rencontres IRL (c’est-à-dire rencontrer pour de vrai des gens avec qui il discutait sur des forums, en général des ados de son âge, ou des jeunes un peu plus âgés.) D’abord je l’ai accompagné, puis je l’ai laissé y aller seul quand j’ai vu que les jeunes avec qui il prenait rendez-vous étaient bien ce qu’il disaient être.
Petit à petit, l’informatique a donc envahi notre vie de tous les jours, et j’ai remarqué que mes enfants étaient multi-tâches : encore maintenant, notre grande fille regarde la télé en faisant un jeu sur l’ordi, ou apprend ses leçons en regardant un DVD, ou joue à la Game boy en regardant des vidéos sur youtube. Quant à notre fils, il a deux écrans, ce qui lui permet d’avoir encore plus de fenêtres ouvertes sur son ordi et de mener des discussions sur plusieurs forums à la fois.
Comme il est dit dans l’article, l’utilisation de l’informatique permet de stimuler des compétences nouvelles, qui seront très utiles dans notre vie future. A ce sujet, j’ai repensé à un petit film de science fiction sorti en 1984, qui m’avait marquée parce que j’avais trouvé le thème astucieux : des jeux d’arcades servant (sans qu’on le sache) de test pour recruter les meilleurs pilotes pour une flotte inter-galactique de défense contre les méchants aliens :
Starfighter bande annonce (on peut le trouver en streaming, je crois que je vais le revoir).

Le tout est de ne pas négliger le développement des compétences principales et essentielles de la petite enfance, notamment le développement sensoriel et moteur. Une de mes amies, très compétente en pédagogie Montessori et en développement des enfants, avait laissé très tôt son petit garçon utiliser l’Ipad qui le fascinait. Il a maintenant 5 ans, et elle s’est rendu compte qu’il était devenu accro aux écrans tactiles et négligeait les autres sources d’amusement et de découverte. Elle a donc fait marche arrière et rangé la tablette numérique. Donc même les parents avertis se laissent surprendre par l’appétence des enfants pour les nouvelles technologies.

Par ailleurs, je ne suis pas très favorable à l’introduction des écrans à l’école, les enfants en ont suffisamment chez eux. En tout cas, pas en maternelle, car à cet âge là, les enfants ont à découvrir leur corps et le monde, en passant par le concret et l’expérimentation. Et les pédagogies Montessori ou Steiner me semblent vraiment plus indiquées pour ça que tous les Adibou du monde.

Quoiqu’on fasse, nos enfants seront de plus en plus utilisateurs d’écrans. Nous le sommes nous-mêmes devenus alors qu’ils existaient peu pendant notre petite enfance. L’essentiel est donc de les accompagner, de ne pas les laisser seuls devant les écrans (c’est vrai que c’est si pratique une vidéo pour occuper un petit), de les éduquer à une bonne pratique (ne pas interdire sans expliquer pourquoi, montrer comment faire et expliquer les dangers potentiels d’internet par exemple).

Bon courage à tous !

Véronique

La Mairie de Nieul-sur-Mer et Bouts de ficelle

Depuis fin 2012, la Mairie de Nieul-sur-mer nous prête gracieusement des salles municipales, afin que nous puissions avoir des lieux où organiser nos activités.

Nous l’en remercions vivement !

Dans le numéro de fin d’année 2012 du  journal de la mairie de Nieul est paru l’article que nous reproduisons ici :

20130122143546655

(clic sur l’image)

PEPS : le numéro 2 est sorti

PEPS : le numéro 2 est sorti…

… et mon mari l’a dévoré pendant que j’étais occupée à une réunion avec Bouts de ficelle. Du coup, il a lu le numéro 1…

J’ai bien aimé cette partie de l’édito de Catherine Dumonteil-Kremer, parce que je pense que nous partageons les mêmes valeurs :

« Il existe plusieurs définitions de la parentalité positive, voici la nôtre :

Une parentalité centrée sur la joie de vivre, le plaisir d’être ensemble, les besoins de chacun, le soutien sur le chemin de soi. Cette forme de parentalité demande de la vigilance, un travail de prise de conscience de nos blessures d’enfant pour éviter ainsi toute violence physique et psychologique, même considérée comme légère. Ce qui signifie entre autre : sans coups, menaces, punitions, sanctions, isolement, ou immobilisation, etc.

Le concept de parentalité positive est en évolution permanente, il dépend de prises de conscience qui se font de plus en plus claires, et demandera sûrement des précisions supplémentaires à l’avenir. »

Et vous, qu’en pensez-vous ?

SOMMAIRE

Véronique

Peps

Ce magasine est tout nouveau, fondé par Catherine Dumonteil Kremer et c’est la semaine de sa 1ère diffusion.
Longue vie à PEPS !

Catherine

Tout nouveau, tout chaud ! je viens de recevoir mon premier exemplaire, j’ai hâte de m’installer pour le lire !

Véronique

Le site du magazine est ICI : http://pepsmagazine.com/

WordPress Themes

WP Like Button Plugin by Free WordPress Templates

Switch to our mobile site