Catégorie : Astuces de Parents

Un très beau cadeau

L’auteur du blog Ensemble naturellement nous fait le cadeau de partager un résumé de ses cinq années de découvertes de la parentalité bienveillante en un document téléchargeable gratuitement. Reportez-vous à son site :
http://www.ensemblenaturellement-leblog.com/archives/2017/04/30/35228546.html

Cultivons le bonheur familial

Au sommaire :

Chapitre 1 – La communication
1. Le message-je
2. Je décris
3. J’exprime mes émotions
4. J’exprime mes besoins
5. Je fais des demandes

Chapitre 2 – Être attentif à l’autre
1. J’écoute
2. J’offre des choix
3. J’encourage
4. J’écris des notes
5. Je désamorce

Chapitre 3 – Des temps en famille
1. Je câline
2. J’apaise
3. Je joue
4. Je ritualise
5. Je célèbre
6. J’accompagne

Chapitre 4 – S’organiser pour gagner du temps
1. J’organise
2. Je demande de l’aide
3. Je choisis

Chapitre 5 – Prendre du temps pour soi
1. Je rencontre
2. Je prends soin de moi
3. Je respire page 42
4. Je ne suis pas parfait
5. Je profite

Rencontres entre familles d’enfants précoces samedi 30 janvier – NOUVEAU

Depuis sa création, Bouts de ficelle a pour vocation de créer du lien entre les parents. Au démarrage, il s’agissait surtout de discuter autour du maternage des touts-petits, et cela continue via le café des parents qui est proposé chaque mois à Rochefort. Mais les tout-petits ont grandi, les questionnements des parents ont changé.
Nous avons partagé notre intérêt pour les pédagogies alternatives (ateliers Montessori, ateliers créatifs façon Steiner, conférences)…
En ce début d’année, nous vous proposons une nouvelle activité, sur un créneau qui nous semble inoccupé dans la région :

un café des parents d’un autre type, dans le prolongement de la conférence donnée en mars 2013 par Nicole Confais : une rencontre entre familles d’enfants précoces*, un samedi après-midi par mois (voire un dimanche après-midi). La première rencontre de janvier sera ouverte à tous, mais par la suite il sera demandé aux participants de (re)devenir adhérents à Bouts de ficelle.
L’idée est de réunir les familles autour de ce thème. Pendant que les parents discutent, les enfants ont la possibilité de parler et jouer ensemble également. Pour faciliter la prise de contact, il serait bien que chaque famille apporte au moins un jeu (de société de préférence, pas de jeu vidéo) qui pourrait être présenté et utilisé par les participants, ensemble ou en petits groupes.

non libre de droits

La première rencontre aura lieu à Esnandes, à la salle Pousse-Pied rue de l’Océan, près du camping, le samedi 30 janvier 2016, de 14 à 18 heures.

Elle est ouverte à tous ceux qui s’interrogent sur la précocité intellectuelle, qu’elle soit avérée ou soupçonnée ; il n’y aura pas de test de QI exigé à l’entrée ;-)

Les principales associations de parents d’enfants précoces n’ont pas d’activité autour de La Rochelle, nous proposons juste de remplir un espace laissé vacant. De ces rencontres naîtront sans doutes de nouvelles idées et des projets : n’hésitez pas à venir.
Pour plus d’information, vous pouvez contacter Véronique au 06-95-18-81-66.

Pensez à apporter un goûter, nous vous offrirons les boissons chaudes et les verres.

Pour une meilleure organisation de l’après-midi, merci de remplir le sondage Framadate suivant (ou de laisser un message à Véronique) : https://framadate.org/lmlyoxz6sYloKYam

* le terme est discutable et incomplet, nous en sommes conscients, mais on dira que ça fera l’affaire pour l’instant.

Les écrans n’aident pas au développement du langage chez les enfants : jouer pour mieux parler

Parce que les écrans (télé, tablettes…) n’aide pas au développement du langage chez les enfants, une association de professionnels met en ligne des idées de jeu.

Jouer pour mieux parler « Une heure de télévision par jour pour un enfant de 3 ans, c’est énorme », insiste Élodie Pascual, orthophoniste. ©

photo xavier léoty

Un article du journal Sudouest du 27 avril 2015.

jennifer delrieux larochelle@sudouest.fr

Elodie Pascual est formelle : pas d’écrans avant l’âge de 3 ans. Et ce, même si la télévision ou la tablette peuvent représenter une solution de facilité pour des parents en manque de temps libre. « 20 % de mes patients viennent me consulter pour des troubles, comme la dyslexie, qui ne sont pas pathologiques mais liés à une surconsommation d’écrans. »

L’orthophoniste basée à Esnandes et présidente de l’association charentaise-maritime Orthophonie et Prévention 17 (OP17) a donc eu l’idée, avec les autres professionnels de l’association, de mettre en ligne un fascicule « À quoi on joue ? » sur son site Internet (1). À l’intérieur des propositions d’activités pour les 0 à 5 ans. Objectif : aider l’enfant à développer son langage. Et, surtout, éviter les écrans en tout genre. Même après 3 ans, il convient de limiter leur usage.

Le réel avant le virtuel

C’est d’abord en tant que jeune maman de deux enfants de 3 ans et 1 an et demi, qu’Élodie Pascual s’est alarmée. « Certaines chaînes de télévision proposent d’apprendre aux enfants à parler. Il existe même un modèle de siège bébé avec un support pour mettre une tablette. Et sont proposés à la vente des tablettes tactiles conçues pour les tout-petits. »

Une aberration pour l’orthophoniste d’autant plus que la consommation des écrans s’est intensifiée ces quinze dernières années, entre la télévision du salon, voire de la chambre, la tablette et le téléphone portable de maman sur lequel on laisse jouer le petit. Car le jeu est essentiel au développement de l’enfant. « Nous ne sommes pas anti-télévision mais la manipulation d’objets est importante. Beaucoup d’enfants souffrent de troubles logico-mathématiques car ils ne jouent plus avec des cubes, n’ont plus la notion du vide et du plein, du dessus-dessous. Les enfants ont besoin de passer par le réel avant le virtuel. »

Pour l’orthophoniste, il est surtout important de stimuler le tout-petit. « Les jeux de société de type Memory, ou le jeu du “coucou caché” sont un bon investissement sur leur avenir intellectuel », sourit l’orthophoniste.

Vive l’ennui

Et même si les journées des parents sont déjà très longues, et que « les échanges ne durent pas longtemps, il est important de privilégier ces précieux instants » en étant complètement disponible pour l’enfant et en profitant de chaque moment ensemble, rappelle le fascicule.

Celui-ci insiste aussi sur l’importance de ne pas laisser une télévision allumée dans la pièce où vit l’enfant car « cela baisse sa concentration et son attention de 30 %. Il jouera moins longtemps à son jeu. La télévision [ralentit] son développement ». Au contraire, il est préférable de laisser l’enfant s’ennuyer. Il développera davantage sa créativité. « Devant un écran, il est passif, comme hypnotisé. »

Car les conséquences sont loin d’être anodines. « Beaucoup de nos jeunes patients souffrent de troubles de l’attention, ne se posent pas, ne parviennent plus à se concentrer sur une seule tâche. » La balle est dans le camp des parents.

(1) http://op17.fr

http://op17.fr/projet-a-quoi-on-joue/

14 outils de parentalité bienveillante

14 outils de Parentalité Positive et Bienveillante !

Dans la dernière partie de sa conférence, Isabelle Filliozat nous donnait quelques exemples d’outils, pour les parents souhaitant offrir à leur enfant une éducation bienveillante.

Nous vous proposons dans cet article de continuer à recenser ces outils de Parentalité Positive et Bienveillante !

[...]

1- Commencer par s’occuper de soi
[...]
2- Être à l’écoute des besoins
[...]
3- Être conscient des étapes et du processus de développement de votre enfant
[...]
4- prendre conscience de vos priorités
[...]
5- Accepter de prendre sa part de responsabilité
[...]
6- aider l’enfant à se décharger de ses émotions intenses
[...]
7- Être conscient du “don d’imitation” qu’ont nos enfants pour… agir en modèle
[...]
8- apprendre à s’excuser, pour se reconnecter à l’enfant
[...]
9- Utiliser la langue des signes
[...]
10 – Utiliser le Message « JE »
[...]
11 – Formuler vos phrases positivement, sans négation
[...]
12 et 13 – leur apprendre des techniques, des outils pour gérer leurs propres émotions… et utiliser l’humour pour désamorcer certaines situations

[...]

14 – Relativiser !

[...]

La suite sur :

http://www.les-supers-parents.com/14-outils-de-parentalite-positive-et-bienveillante/

La motricité libre, c’est quoi ?

Voici résumés en trois dessins les principes de base de la « motricité libre ». Plutôt simples à mettre en pratiques, ils demandent néanmoins un effort de « désapprentissage » de gestes qu’on pensait éducatifs mais qui sont plutôt des entraves au développement harmonieux et spontané de l’enfant.
L’auteur des fiches autorise leur diffusion, à condition de la citer :

http://bougribouillons.illustrateur.org/2014/05/08/la-motricite-libre-cest-quoi/


Et des liens pour aller plus loin (que je pensais avoir déjà mis ici il y a quelques mois, mais je n’en trouve pas trace ici… J’ai dû les partager uniquement sur notre page Facebook alors !) :

- Deux courtes vidéos : Extraits du Film « Motricité libre: bien dans son corps, bien dans sa tête » et  Le monde caché des bébés « Bouge »
- Le site de L’Association Pikler Lóczy – France

Initiation au découpage

J’ai préparé un fichier pour Eliott qui est dans une phase « découpage », suite à une idée trouvée sur Pinterest, avec des lignes à découper, et difficulté croissante. (apparemment Montessori inspiration)

Je me suis dit que ça pouvait peut être intéresser d’autres personnes. Voici le pdf  à télécharger (à usage familial uniquement).

entrainement découpage

Le principe est simple : l’adulte découpe sur les grosses lignes noires, pour donner ensuite à l’enfant le morceau qu’il doit découper. A chaque fois qu’un stade est acquis, passer au suivant (1er stade : 1 coup de ciseau droit ; 2è : 2 coups droits ; 3è : 2 coups dans 2 sens différents, etc)

Anne-Laure

En complément de cette bonne idée (pour les enfants à partir de 3 ans), voici quelques liens :

couper cuttingpaper

Véronique

Edit du 26 janvier :
Je viens de retrouver cette fiche qui fait partie d’un ensemble de présentation des activités de « Vie pratique » pour les 3-6 ans.

Habiletés motrices
COUPER SUR LA LIGNE
Âge: 3 ans+.
Matériel: Un plateau comprenant une paire de ciseaux, des bandes de papier marqué ainsi qu’un petit contenant pour recueillir les découpures.
Présentation:
1. Montrer à l’enfant comment tenir les ciseaux à côté de lui la lame vers l’arrière.
2. Montrer à l’enfant les petites lignes droites en passant le doigt dessus.
3. Couper sur la ligne.
4. Inviter l’enfant à compléter la bande de papier à couper.
But direct: Que l’enfant puisse de lui-même se servir de ciseaux pour découper.
But indirect:
Coordination oculomotrice.
Développement de la concentration et l’indépendance.
Développement des petits muscles de la main.
Langage: Aucun
Contrôle de l’erreur:
Couper à côté de la ligne.
Désordre sur le plan de travail.
Point d’intérêt:
Les différents motifs ou patterns à découper.
Le « bruit » que font les ciseaux lorsqu’on coupe d’un seul trait.
Activités antérieures
Transfert avec un compte-gouttes.
Décoller un timbre-poste.
Superposition des formes.
Activités postérieures
Laver les mains
Découper du papier à tapisser
Coudre un bouton

Astuces de parents et autres bidouilles

Il y a quelques temps, quelqu’un me faisait la réflexion que le site de Bouts de ficelle était devenu  bien sérieux et qu’il manquait des petits articles sur des expériences de parents, plus ou moins réussies, tirés de la vraie vie avec ses approximations et son côté bidouille.

Certes. Mais quelque chose ne collait pas complètement dans cette assertion. Je viens de comprendre quoi : des astuces de parents, des bidouillages sympathiques, des trucs à faire avec les enfants, j’en partage assez régulièrement… mais sur la page Facebook de Bouts de ficelle ! Voilà d’où vient ma sensation de travail accompli en la matière ! Mais tout le monde ne suit pas la page Facebook, alors j’ai décidé de revenir ici de temps en temps partager ces trouvailles faites sur le net.

Par ailleurs, si quelqu’un a envie de partager un coup de cœur ou une expérience faite à la maison, qu’il/elle n’hésite pas à nous envoyer un article que nous publierons ici. (contact@boutsdeficelle.net)

Voici un partage récent, trouvé sur Pinterest (autre source d’addiction au net !) :
http://www.pinterest.com/mariegervais/experiences/

En illustration, l’expérience que j’ai l’intention de faire assez rapidement, tellement elle me fait envie !

Véronique

Le mystère de la chambre rose

On nous signale cet article sur le blog de Superparents qui recommande chaleureusement de regarder ce clip et de bien écouter les paroles jusqu’au bout.

Clip Le mystère de la chambre rose

Un chouette rap pour les parents !

Le « Temps des parents » : c’est la rentrée ! Mardi 17 septembre

Le « Temps des parents » : c’est la rentrée !
Mardi 17 septembre  20h- 22h30

Ca y est, Catherine a terminé sa formation d’accompagnante parental avec Catherine Dumonteil Kremer !
Elle continue de proposer cette année « le temps des parents », qui est une soirée-discussion entre parents sur un thème, pour une vie de famille épanouie.

Comment ça se passe chez nous, la rentrée scolaire?

En fonction de nos expériences enfants à l’école (à nous devenus parents), du climat que l’instituteur ou l’éducateur crée dans sa relation avec les enfants, de la maturité aussi, nos enfants ont des manières différentes de vivre l’entrée à l’école (ou la collectivité pour les plus petits).

Pour nos plus petits, il s’agit quelquefois de la 1ère séparation, et papa ou maman qui partent leur donne du chagrin…
Nouvelles règles à respecter,  temps très fragmenté (temps pour s’agiter/ temps pour être calme et silencieux…), relations avec d’autres enfants, conflits quelque fois avec d’autres enfants… La journée est longue.
Comment ça se passe (pour nos enfants, pour nous), en fin de journée, quand nous récupérons nos enfants d’une journée d’école ou de collectivité ?
Avons-nous des astuces à partager pour faciliter le départ à l’école le matin, ou lorsque nos  enfants pleurent ou ne veulent pas aller à l’école ?
Comment allons-nous les accompagner dans leurs devoirs à la maison s’il y en a…
Autant de questions qui méritent de se retrouver ce mois-ci pour partager!

Le coût est de 3 € par adhérent, 5 € par couple adhérent, 5 € par personne non adhérente, 7 € par couple non adhérent.

Le lieu : la maison des Associations de Nieul /s mer, située 8 rue Léonce Vieljeux (centre bourg de Nieul, avant La Poste- se garer sur le parking) – salle Vénus

Les inscriptions sont limitées à 10 personnes.
Merci de vous inscrire au lien suivant :

Pour toute information, vous pouvez contacter Catherine au 06.09.24.57.24.

Pour penser à l’endroit

Editions pourpenser - des livres philo pour les enfants.

Pourquoi les enfants sont pénibles : la vérité de la science

Pourquoi les enfants sont pénibles : la vérité de la science
par Melinda Wenner Moyer,
le 16 mars 2013

En janvier, j’ai découvert [...] le billet du blog de l’humoriste Jason Good «46 Reasons My Three Year Old Might Be Freaking Out» * [46 bonnes raisons pour expliquer la crise de colère de mon fils de 3 ans]. (Les trois premières possibilités: sa chaussette est mal mise. Il a un goût salé sur les lèvres. Il y a une étiquette sur son t-shirt). [...].

Mais qu’est-ce qu’ils ont ces morveux à exploser comme ça tout le temps? C’est normal que mon fils se mette à brailler dès que sa manche n’est pas déroulée jusqu’au poignet, qu’il adore le bain un jour et le déteste le lendemain, et se mette à hurler «À MOI!!!» deux secondes après avoir donné la balle au chien ?

Oui, heureusement. Et ce n’est pas seulement normal, c’est aussi sensé. Comme me l’ont récemment expliqué cinq experts en psychologie enfantine, les comportements irrationnels des tout-petits sont un reflet totalement compréhensible de leur trouble intérieur et de leurs frustrations.

En résumé, leur monde est en plein bouleversement et ils n’ont pas encore les capacités nécessaires pour y faire face. Ses caprices ne signifient pas que votre gosse est pourri-gâté ou qu’il faut l’envoyer chez le psy ; ils sont un signe de sa normalité.

[...]

L’analogie de l’homme des cavernes aide à expliquer un autre problème affligeant les tout-petits, ajoute Karp : ils manquent cruellement de stimulation. Les petits hommes des cavernes (et là je parle des vrais) avaient un emploi du temps bien différent des enfants d’aujourd’hui.

«C’était un environnement très riche d’un point de vue sensoriel: les odeurs, l’air frais, les ombres, les oiseaux, l’herbe sous les pieds. Aujourd’hui, nous mettons les petits dans des maisons et des appartements avec des sols plats, des murs plats, des plafonds, et un nombre de poules très limité, et nous trouvons ça normal, explique Karp. C’est difficile de passer toute une journée avec un enfant de 2 ans, et d’ailleurs il n’a pas forcément envie de la passer avec vous non plus

Sachant tout cela, peut-on vraiment s’étonner que les caprices soient aussi courants? Pour les parents, il y a sûrement de bonnes et de mauvaises façons d’aborder une attitude laissant à désirer (autre sujet d’article), mais l’existence des crises de colère, et la tendance de nos petits anges à gérer leurs déboires en hurlant, en tapant et en jetant tout ce qu’ils ont sous la main est parfaitement normale car c’est parfois «l’unique recours du tout-petit», expose Tovah Klein, directeur du Barnard College Center for Toddler Development.

Si votre univers était incroyable, terrifiant, frustrant et imprévisible à la fois, que vos capacités de communication étaient médiocres, votre expérience inexistante et votre lobe frontal sous-développé, vous aussi, de temps en temps, vous péteriez un plomb.

Le texte entier sur : http://m.slate.fr/story/68995/enfants-penibles-pourquoi-science

* Pour que nous aussi nous puissions nous amuser de ces 46 bonnes raisons, j’ai demandé à mon traducteur personnel de nous traduire cette liste. Voici :

46 raisons pour lesquelles mon enfant de 3 ans pourrait piquer une crise
(Certaines sont complètement au pif. J’ai de l’intuition, mais c’est quand même au pif. On dirait que c’est dur d’être petit.)

  • Sa chaussette est mal mise.
  • Sa lèvre a un goût salé.
  • Son T-shirt a une étiquette.
  • Le siège de la voiture est bizarre.
  • Il a faim mais il ne se rappelle pas du mot « faim ».
  • Quelqu’un lui a touché le genou.
  • Il n’a pas le droit d’aller dans le four.
  • Je lui ai choisi le mauvais pantalon.
  • Son frère l’a regardé.
  • Son frère ne l’a pas regardé.
  • Ses cheveux sont lourds.
  • On ne comprend pas ce qu’il dit.
  • Il ne veut pas sortir de la voiture.
  • Il veut sortir de la voiture tout seul.
  • L’iPad a un mot de passe.
  • Sa manche lui touche le pouce.
  • Il ne comprend pas comment on fabrique les glaces à l’eau.
  • L’intérieur de son nez sent mauvais.
  • Le poulet, c’est dégueu.
  • Un ballon qu’il a eu il y a six mois a disparu.
  • Une pièce de puzzle ne veut pas rentrer à l’envers.
  • Je lui ai donné le mauvais pastel bleu.
  • Ses bonbons vitaminés sont trop durs.
  • Les films en streaming chargent trop lentement.
  • Il a sauté du canapé alors qu’on ne regardait pas.
  • Il n’a pas le droit de toucher le feu.
  • Tout va de travers avec son manteau.
  • Il y a un chien à moins de 100 km.
  • Une chaussure devrait aller à n’importe quel pied.
  • Je lui ai posé une question.
  • Son frère parle.
  • Il n’arrive pas à soulever une citrouille.
  • Il ne peut pas avoir mes clés.
  • Le chat est dans son passage.
  • Le chat ne le laisse pas lui toucher les yeux.
  • L’intérieur de sa joue est trop rugueux.
  • La nourriture ne cuit pas assez vite.
  • Il a trop de nourriture dans la bouche.
  • Il a éternué.
  • Il ne sait pas taper au clavier.
  • L’aspirateur va venir le manger.
  • Sa mère prend une douche.
  • Quelqu’un a renversé sa tour.
  • Il s’est mis du sucre en poudre sur le pantalon.
  • Le yaourt ne veut pas rester dans sa cuillère.
  • TOUT EST TROP CHAUD.

Quels films pour nos enfants ?

Quels sont les séries, les films d’animation adaptés à l’âge de nos enfants ? Comment les accompagner dans le monde de la télévision, des DVD ? Nous avons référencé plus de 1000 films ou séries, avec leurs messages et des scènes qui peuvent être difficiles, permettant ainsi de conseiller des âges.

Vous trouverez sous LES FILMS une grande quantité (toujours croissante) de dvds pour enfants. Nous les avons analysés pour vous permettre de faire un choix plus facilement.

Vous trouverez sous THEORIES de nombreux extraits de livres spécialisés sur la question.

http://www.presences.online.fr/video/videoaccueil.html

J’ai trouvé ce site intéressant car très complet. L’analyse de quelques dessins animés que je connais me paraît juste. Les âges indiqués peuvent sans doute être modulés en fonction de nos enfants, mais les indications sur les passages pouvant créer malaise ou peur sont plutôt bien vues.
Bonne lecture (ça donne envie de revoir plein de films, vous ne trouvez pas ?)

Véronique

Négocier : tout un art

Sur le blog de Mauvais Père, il y a ce matin un article très intéressant sur l’art de la négociation entre parents et enfants. L’auteur y parle d’un livre qui est sorti récemment. Je ne l’ai pas lu, n’ai pas d’avis sur la question, mais vous livre l’information :

« J’ai passé les quinze dernières années à préparer et à mener des négociations considérées comme les plus difficiles et les plus risquées au monde. J’ai fait face à des forcenés retranchés, j’ai négocié avec des rebelles sud-américains, des criminels de toutes sortes… Pourtant, ces négociations sont bien loin d’égaler en termes de complexité et de moments de grande solitude celles que je mène au quotidien à la maison : en effet, j’ai quatre enfants ! «

Si même un négociateur du RAID a du mal avec ses gamins, je me dis que je ne suis pas totalement à la ramasse. Si on ne négocie pas avec les terroristes, faut il négocier avec ses enfants ? [...]

Si on pouvait résumer l’idée du livre en quelques mots, c’est de donner un cadre de négociation entre parents et enfants où l’autorité parentale s’exprime au travers d’une relation équilibrée avec ses enfants. Car sans relation fondée sur une confiance réciproque, il n’y a pas de négociation possible.

Véronique

EDIT : commentaire :

By Mauvais Père, 6 mai 2013 @ 10 h 51 min

Faut le lire :-) Si vous avez des questions, j’ai l’auteur demain au téléphone

Manuel pour parents montessoriens

Aujourd’hui, un texte trouvé sur http://www.nido-montessori.fr/Attitude-de-l-adulte-suite

Manuel pour parents montessoriens
Par Donna Bryant Goertz
Texte en anglais ici : http://mariamontessori.com

Chers parents,

Je veux être comme vous, mais à ma manière. Je veux devenir comme vous, par mes propres efforts. Je veux vous regarder et vous imiter. Je veux travailler, faire beaucoup d’efforts pour réussir quelque chose de difficile, quelque chose que je ne peux pas réussir immédiatement. Je veux que vous m’ouvriez la voie en me donnant le matériel qui me permettra de réussir une activité initialement difficile. Je veux que vous m’observiez pour savoir si j’ai besoin d’un meilleur outil, d’un ustensile plus adapté à ma taille, d’un marche-pied plus petit, plus stable, d’une table plus basse, d’une poubelle que je peux ouvrir seul, d’une étagère basse, ou d’une démonstration plus claire du processus. Je ne veux pas que vous fassiez à ma place, que vous me pressiez, que vous vous sentiez désolés ou que vous me récompensiez. Soyez seulement silencieux et montrez-moi comment faire, lentement, très lentement.

Je vais vous demander parfois de faire par moi-même un grand travail parce que je vous vois faire, mais ce n’est pas ce qui me convient. [...]

La suite ici :

Sans fessée ni punition

Sur ce thème de la non-violence éducative, voici une petite bibliographie en images, proposée par Maryse Martin lors de notre rencontre-discussion de jeudi soir (cliquer sur les photos pour zoomer) :

A ces livres, nous pourrons ajouter le numéro 3 de PEPS, qui est un numéro spécial non-violence éducative.

WordPress Themes

WP Like Button Plugin by Free WordPress Templates

Switch to our mobile site